30 ans du web

Le web fête bientôt ses 30 ans ! Les dates clés qui l’ont façonné

Internet est aujourd’hui une habitude pour chacun d’entre nous. On l’emploie à longueur de journée, sur un smartphone, un ordinateur ou même via sa télévision.

Pour fêter dignement les 30 ans du World Wide Web, cette invention géniale de Tim Berners-Lee qui a transfiguré Internet à tel point qu’il en est devenu pour certains un synonyme, zakrea.net vous propose un petit voyage dans l’histoire du Web.

12 Mars 1989 – Première version du web

« Vague but exciting… » Voilà comment Mike Sendall, à l’époque chef de Tim Berners Lee au CERN, avait commenté le document que l’informaticien britannique a posé sur son bureau. Un document de quelques pages, sobrement appelé « gestion de l’information : une proposition » dans lequel Tim Berners Lee imagine une réorganisation des bases de données du prestigieux centre de recherche nucléaire. Il propose un système d’information distribué et d’utiliser des technologies de consultation non linéaires, notamment l’hypertexte, pour lier les innombrables documents scientifiques du réseau du CERN entre eux. Sans même s’en rendre compte, il vient de poser les bases d’une des plus grandes révolutions technologiques du siècle.

 

gestion de l’information : une proposition

20 décembre 1990 – Le premier site web !

Le tout premier site et le tout premier serveur Web voient le jour sur l’ordinateur NeXT que Sendall a offert à Tim Berners Lee. Le site, qui n’est consultable que sur le réseau interne du CERN, est affiché sur un outil baptisé « navigateur » que Tim Berners Lee nomme World Wide Web. Voir le premier site web de l’histoire ici : info.cern.ch. Durant l’année, il a défini les deux protocoles de base, le HTTP (pour localiser et lier les documents) et le HTML (pour créer les pages). La révolution commence maintenant.

 

Le premier site

6 Août 1991 – Le Web s’ouvre à tous

Tim Berners-Lee annonce son projet et son message commence ainsi : « Le projet World Wide Web fusionne les techniques d’extraction d’information et d’hypertexte pour créer un système d’information global, simple mais puissant. ». Quelques lignes plus loin, Tim Berners-Lee écrit « essayez-le » en fournissant l’adresse pour télécharger un navigateur et l’URL d’un site d’essai. C’est la première fois que des utilisateurs d’Internet peuvent l’utiliser en dehors du CERN.

30 avril 1993 – Une technologie désormais publique

Quelques mois après le lancement du navigateur Mosaic, qui fait exploser l’intérêt pour le WWW, le CERN fait passer son projet dans le domaine public en publiant son code source. Désormais accessible à tous et gratuit, le Web voit très vite son usage exploser sur Internet. En un an seulement, on passe de quelques 500 serveurs Web à 10 000 à la fin 1994 ! Le lancement de Netscape, le premier navigateur réellement grand public, participera aussi largement à sa démocratisation.

Janvier 1994 – Yahoo!

Le nombre de sites explose, à tel point qu’il devient très difficile pour l’internaute béotien de s’y retrouver. Deux étudiants de Stanford, Jerry Yang et David Filo, décident de créer un gigantesque annuaire de sites, classés de façon thématique. D’abord baptisé Jerry’s guide to the World Wide Web, le site est très vite rebaptisé Yahoo! Il va vite devenir le portail numéro 1 de la Toile dans la seconde partie des années 90.

 

Yahoo!

Juillet 1995 – Amazon

Depuis son garage de Bellevue, dans la banlieue de Seattle, Jeff Bezos lance la librairie en ligne Amazon.com, persuadé que le futur du commerce est sur le Web. Et ça marche : au bout de deux mois, son site lui rapporte quelques 20 000 dollars par semaine. La suite, on la connait…

16 Aout 1995 – Internet Explorer

Microsoft lance son propre navigateur pour faire concurrence à Netscape, qui fait un carton. Mais le géant du logiciel, qui vient de commercialiser Windows 95, reste assez timoré : Internet Explorer 1 n’est proposé qu’en option avec une galerie de logiciels supplémentaires pour son nouveau système d’exploitation. Le succès incroyable de Windows fera de facto le succès de son navigateur, qui finira par devenir omnipotent… Jusqu’au lancement de Firefox, puis de Chrome.

1998 – Google

Alors que les internautes ne jurent que par le duo Yahoo! / Altavista, deux jeunes ingénieurs de Stanford créent un moteur de recherche révolutionnaire. Contrairement à Altavista, qui classe (mal) les pages Web en fonction des occurrences du mot recherché sur la page, Google fonctionne avec un système de réputation de pages et classe ses réponses notamment en fonction du nombre et de la qualité des liens qui pointent vers elle.

Le succès du site, volontairement dépouillé, est immédiat car les résultats de recherche sont tout simplement cent fois plus pertinents que chez la concurrence, rapidement ringardisée.

Google

15 janvier 2001 – Lancement de Wikipedia

L’encyclopédie libre est née d’un échec : celle de Nupedia, un projet proche d’encyclopédie gratuite… Mais dont les articles, écrits par des experts, devaient subir un contrôle scientifique strict avant d’être publiés. Devant le faible nombre d’articles publiés, Larry Sangers, son rédacteur en chef propose à Jimmy Wales, le patron de Nupedia, d’imaginer un tout autre système de validation, qui en passera par une technologie encore peu connue à l’époque, le Wiki, qui permet aux visiteurs d’un site d’en modifier eux-mêmes le contenu. Résultat : Wikipedia est désormais un organe indispensable du Web, avec 500 millions de visiteurs uniques par mois !

9 novembre 2004 – Première version stable de Firefox

Ras le bol d’Internet Explorer ! Le Web s’encroûte avec la version 6 du navigateur de Microsoft. Dans ce cadre, le premier navigateur de la fondation Mozilla, bâti sur les ruines de Netscape, va apporter un sacré coup de fouet à la Toile. Firefox est non seulement open source : il est aussi est bien plus rapide, bien plus sûr qu’IE. Et il est également personnalisable grâce à des dizaines de plug-ins. Le Web s’était endormi, il se réveille. Les geeks adoptent en masse ce nouveau logiciel, qui va aider à propulser une nouvelle génération de sites « 2.0 ».

4 février 2004 – Facebook

Nous allons fêter ses 15 ans ! Et en 15 ans, le réseau social créé par Mark Zuckerberg est devenu un monstre au milliard d’utilisateurs, bien loin du trombinoscope pour étudiants qu’il était au début. A tel point qu’il est désormais devenu l’annuaire (non officiel) du Web. D’ailleurs, Tim Berners Lee n’apprécie pas le service, qu’il estime être un « Web dans le Web » qui pourrait finir par fragmenter son invention.

2005 – Youtube et le Web 2.0

A partir de la seconde partie des années 2000, les internautes vont s’emparer du WWW : ils ne se contentent plus de consommer des contenus, ils en produisent. 2004 : c’est l’émergence du Web 2.0 et de ses nouveaux services communautaires. Un symbole ? Youtube, évidemment. Le site de partage de vidéos, inauguré le 14 février 2005, révolutionne la consommation de vidéos sur le Web. Google rachète la prometteuse plate-forme un an et demi après son lancement, contre 1,65 milliard de dollars…

21 mars 2006 – Twitter

Développement de Twitter par Jack Dorsey, Evan Williams, Biz Stone et Noah Glass, qui s’impose non seulement comme une alternative à Facebook mais également comme une nouvelle façon de communiquer et de consommer l’information. Il permet à un utilisateur d’envoyer gratuitement de brefs messages limités à 280 caractères (140 caractères auparavant), appelés tweets.

11 décembre 2008 – Chrome

L’ogre Google, qui est devenu le maître du Web, ne pouvait pas se passer d’un navigateur. En se basant sur le moteur de rendu Webkit, il lance son propre browser, fidèle à ses principes : dépouillé et rapide. Chrome connaît un succès fulgurant et fait de l’ombre à la fois à Firefox et Internet Explorer… A tel point qu’il est désormais le navigateur le plus populaire au monde.

2008 – l’arrivée des applis mobiles, le début de la fin ?

En 2008, Steve Jobs annonce l’App Store, une boutique en ligne pour son iPhone qui bouleverse les règles du jeu. Dix ans plus tard, les smartphones et ces petits programmes sont tellement populaires qu’ils présentent même une menace pour le Web. Car ce n’est plus un navigateur que nous ouvrons pour consulter nos sites préférés, mais des programmes indépendants, qui ont chacun pour objectif de nous garder dans leur giron. La belle idée de l’hypertexte, du surf de lien en lien, tendrait-elle à disparaître au profit de programmes cloisonnés ?

 

appli mobile

2010 – l’émergence d’HTML 5, le futur du Web

Une vingtaine d’années après son invention, le HTML fait une douce révolution, toujours sous l’impulsion de Tim Berners-Lee. Grâce à la cinquième version du standard de balisage des pages Web de nouveaux services émergent. Objectif de ce standard : transformer les pages Web, encore trop statiques, en véritables programmes informatiques, qui n’auraient rien à envier aux applications pour smartphones ou aux logiciels que vous installez sur votre ordinateur. Et faire du navigateur l’unique appli dont vous aurez besoin.

2011 – L’échec cinglant de Google+

Google tente de se lancer dans les réseaux sociaux avec Google+ afin de concurrencer Facebook et Twitter, qui règnent en maîtres absolus du Social Network. C’est probablement le plus gros (peut-être le seul) échec à ce jour de la société californienne. Google+ n’a jamais décollé.

2015 – Le smartphone écrase l’ordinateur

Le succès du smartphone est stupéfiant et nous entraîne vers une autre manière de surfer. Plus de 788 millions de personnes accèdent à Internet uniquement via un smartphone. 14 millions seulement y accèdent uniquement via un ordinateur.

Aujourd’hui

Pour conclure ce voyage dans le temps, bien évidemment non exhaustif, zakrea.net vous propose de découvrir quelques chiffres du web en 2019 :

Au 1er janvier 2019, il y a plus de 4,02 milliards d’internautes dans le monde.

  • Google est le site web le plus visité au monde, suivi de YouTube et de Facebook. Le moteur de recherche chinois Baidu se classe en quatrième position et Wikipedia cinquième.
  • L’Asie compte le plus grand nombre d’utilisateurs d’Internet, soit 49%. Suivent : l’Europe (16,8%), l’Afrique (11%) et l’Amérique latine / Caraïbes (10,4%). L’Amérique du Nord ne représente que 8,2% de tous les utilisateurs d’Internet dans le monde.
  • Les vidéos sur Internet représenteront 80% du trafic Internet mondial. 78% des internautes regardent des vidéos en ligne chaque semaine et 55% en regardent quotidiennement.

Il existe plus de 1,90 milliards de sites web dans le monde.

Le nom de domaine le plus cher jamais vendu à ce jour est LasVegas.com, qui a été acheté en 2005 pour un montant de 90 millions de dollars.


Category:

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.